Livret A vs assurance vie : le match de l’épargne préférée des Français

Ring de boxe
© Destina – stock.adobe.com

D’un côté, le champion de la popularité : 8 Français sur 10 possèdent un Livret A ! Face à lui, la championne de l’épargne accumulée : les Français ont placé près de 1 800 milliards d’euros en assurance vie ! Mais lequel de ces produits faut-il conseiller, à qui et pour quel usage ?

1 – Qui peut l’ouvrir ?

Tout le monde, dans les deux cas ! L’accès au Livret A est ouvert à tous : majeurs, mineurs, Français résidant en France ou non, personne de nationalité étrangère… Concernant l’identité du souscripteur, l’accès à l’assurance vie est tout aussi large même s’il faut apporter deux bémols. Un mineur ne peut ouvrir seul une assurance vie : c’est son représentant légal qui doit effectuer la démarche. Par ailleurs, les conditions de souscription de l’assurance vie (montant minimum, âge, etc.) varie d’un établissement à autre, alors que 10 euros suffisent pour ouvrir un premier Livret A, voire même 1,50 euro à la Banque Postale.

Verdict : match nul

2 – Combien ça rapporte ?

0,75% par an, très précisément, pour un Livret A. Et probablement 0,50% à partir de février 2020. Dans l’actuelle conjoncture de taux (très) bas, l’assurance vie n’est guère plus à la fête : les deux premiers assureurs (Swiss Life et Generali) ayant annoncé une rémunération pour l’année 2019 ont dévoilé un taux brut de 1%. Mais, contrairement au Livret A, il ne s’agit pas d’une rémunération unique : certaines compagnies d’assurance serviront une rémunération supérieure. Le rendement moyen du support phare de l’assurance vie, le fonds en euros, est attendu autour de 1,50% pour 2019. Par ailleurs, l’assurance vie donne accès aux unités de compte qui, en contrepartie d’une absence de garantie en capital, offrent un potentiel de rendement plus important.

Victoire de l’assurance vie

3 – Doit-on payer des impôts sur les intérêts ?

L’assurance vie offre une perspective de rémunération plus importante mais… elle n’est pas totalement défiscalisée, au contraire du Livret A. La rémunération versée chaque année sur le Livret A profite d’une franchise d’impôt totale : ni cotisations sociales ni impôt sur le revenu ! Certes, la fiscalité sur les gains de l’assurance vie est favorable mais pas à ce point. Toutes les plus-values sont soumises aux cotisations sociales (17,20% actuellement). Pour l’impôt sur le revenu, soit un taux forfaitaire (le PFU à 12,80% dans la plupart des cas) s’applique, soit vous pouvez y échapper en cas de retrait ne dépassant pas un certain seuil (4 600 euros par an pour un célibataire) si votre contrat a plus de 8 ans d’ancienneté.

Victoire du Livret A

4 – Peut-on perdre une partie de son épargne ?

Dans les deux cas, il est possible d’envisager son placement de façon 100% sécurisée. L’épargne déposée ainsi que les intérêts accumulés sur un Livret A sont garantis à tout moment. Sur l’assurance vie ? L’argent déposé sur le fonds en euros profite d’une garantie en capital : l’assureur doit pouvoir vous rendre l’argent déposé et les intérêts accumulés à tout moment. En revanche, sauf exception, les supports en unités de compte ne disposent pas de garantie en capital : c’est la contrepartie de la recherche de performance. La grande majorité des assurances vie permettent encore de miser uniquement sur le fonds en euros, même si ce choix n’est pas toujours synonyme de rendement.

Quant au risque de cataclysme financier provoquant une faillite de la banque, les deux sont couverts : le Livret A (ainsi que le LEP et le LDDS) par l’Etat jusqu’à 100 000 euros par déposant et indépendamment de la garantie des dépôts, l’assurance vie à hauteur de 70 000 euros par épargnant dans chaque compagnie d’assurance.

Avantage Livret A

5 – Combien peut-on déposer ?

Tout Livret A est limité à 22 950 euros de dépôts, un plafond qui s’entend donc hors intérêts accumulés sur le livret. L’assurance vie ne prévoit aucun plafond de dépôts, raison pour laquelle ce placement bat tous les records d’encours en gestion.

Victoire de l’assurance vie

6 – Y a-t-il des frais ?

Ouvrir, déposer, retirer ou clôturer un Livret A : toutes ces opérations se font sans aucuns frais ! En revanche, l’assurance vie peut – dans certains établissements – cacher un véritable millefeuille de frais : frais d’adhésion, d’entrée ou sur versement, frais de gestion, frais d’arbitrage, majoration pour gestion pilotée, frais de rente… Sur ce point, l’assurance vie en ligne permet de limiter les dépenses.

Victoire du Livret A

7 – Lequel génère le plus de paperasse ?

S’il s’agit d’une première souscription, une pièce d’identité (et/ou copie du livret de famille pour un mineur) ainsi qu’un justificatif de domicile suffisent pour ouvrir un Livret A. Puis il faut signer une demande d’ouverture. L’assurance vie engendre très clairement plus de paperasse, bien au-delà des habituels justificatifs d’adresse et d’identité : une notice d’information accompagné d’un document d’information clé (DIC) à regarder, un bulletin de souscription à remplir, un profil de risque à compléter (seul ou avec un conseiller), un ou des avenant(s) selon les options choisies, voire éventuellement une déclaration d’origine des fonds, un RIB, un mandat de prélèvement…

Victoire du Livret A

8 – Quand peut-on retirer son épargne ?

Votre argent n’est pas bloqué, dans un cas comme dans l’autre ! Vous pouvez demander de retirer tout ou partie de votre épargne quand vous le souhaitez. Seul inconvénient, pour un retrait sur une assurance vie détenue depuis moins de 8 ans : un avantage fiscal amoindri. En revanche, le délai de mise à disposition des fonds reste à l’avantage du Livret A : comme pour tout livret, les fonds sont disponibles immédiatement si votre compte courant est dans la même banque. Pour l’assurance vie, même si elle est souscrite auprès de la banque où vous avez un compte courant, il faut compter un délai allant de 2 à 10 jours pour un retrait partiel, environ une quinzaine de jours pour clôturer son contrat. Délai maximal prévu par le Code des assurances : 2 mois.

Avantage Livret A

9 – Combien peut-on en ouvrir ?

Un Livret A par personne, pas plus ! A contrario, vous pouvez ouvrir autant d’assurances vie que vous le souhaitez, et segmenter vos contrats selon différents objectifs et différentes orientations financières (un bon fonds en euros sur l’un, plus d’immobilier sur l’autre, etc.).

Avantage assurance vie

10 – Peut-on l’emporter en changeant de banque ?

Ces deux produits font encore partie des placements que vous ne pouvez pas transférer à votre guise d’un établissement à un autre. Pour le Livret A, si vous voulez l’emporter dans votre nouvelle banque, il faut demander la fermeture de l’ancien livret, attendre que la banque s’exécute, avant d’ouvrir un nouveau Livret A dans l’autre banque. Une démarche contraignante, due au contrôle « anti-doublon », qui peut prendre quelques semaines… Pour l’assurance vie, suite à l’entrée en vigueur de la loi Pacte, le transfert est possible, mais uniquement au sein d’une même compagnie d’assurance ! L’alternative : conserver votre ancien contrat pour ne pas perdre votre antériorité fiscale, et ouvrir un nouveau.

Verdict : match nul

Résultat : un Livret A « PUIS » une assurance vie

Cinq victoires pour le Livret A, trois pour l’assurance vie et deux égalités. Victoire aux points du Livret A ? Ce dernier est en effet le produit à conseiller au plus grand nombre : simple d’accès et d’utilisation, il est le support idéal de l’épargne de précaution, les 2 à 4 mois de revenus à conserver en cas de coup dur. A noter : dans la catégorie épargne de précaution, si vous remplissez les conditions d’accès au Livret d’épargne populaire, celui-ci vous offre une meilleure rémunération (1,25%) jusqu’à 7 700 euros de dépôts.

Mais ! Une fois l’objectif de l’épargne de précaution rempli, sur un Livret A ou un LEP, l’assurance vie reste un placement complémentaire avantageux : rendement potentiellement supérieur, avec une fiscalité attractive à condition de s’inscrire sur la durée (plus de 8 ans si possible). Et l’assurance vie est le « couteau suisse de l’épargne » : ce support permet de transmettre de l’argent à ses proches (hors succession) en cas de décès, de générer un revenu complémentaire à la retraite, etc. Bref, s’il existe d’un point de vue médiatique pour décerner la palme du « placement préféré » des Français, le match Livret A-assurance vie n’a pas vraiment lieu d’être d’un point de vue individuel : Livret A dans un premier temps, puis assurance vie en complément selon les besoins de chacun.

Taux de détention : selon l’Insee, 73% des foyers français possèdent au moins un Livret A, voire même plus de 8 Français sur 10 selon l’Observatoire de l’épargne réglementée. Le taux de détention de l’assurance vie n’est lui que de 39%.

Epargne accumulée : le Livret A flirte avec les 300 milliards d’euros d’encours. Il émarge à 297,4 milliards fin octobre selon la Caisse des dépôts. Sur ce point, l’assurance vie est loin devant avec 1 779 milliards d’euros en gestion selon la Fédération française de l’assurance.

Collecte nette 2019 (les versements moins les retraits) : 13,6 milliards d’euros sur le Livret A sur les 10 premiers mois de l’année, contre 24,2 milliards sur l’assurance vie.


En savoir plus sur https://www.cbanque.com/actu/77130/livret-a-vs-assurance-vie-le-match-de-epargne-preferee-des-francais#Ry5xKCChKwLRiISW.99

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.