Apple Card : la carte bancaire qui pourrait tout révolutionner ?

Apple a profité de la Keynote pour dévoiler sa première carte bancaire. En partenariat avec Goldman Sachs, l’Apple Card se veut gratuite, généreuse, et bien plus flexible que la moyenne.

Apple card

 

Les rumeurs couraient déjà depuis quelques semaines, elles ont définitivement été validées lors de la Keynote Apple. Le géant de Cupertino a dévoilé sa première carte bancaire en partenariat avec la banque américaine Goldman Sachs. Uniquement disponible aux Etats-Unis à partir de l’été prochain, elle offrira un généreux programme de cash back allant jusqu’à 3% sur les sommes dépensées.

Apple se diversifie dans les finances

La carte bancaire était la suite logique des choses. Apple s’est lancé dans la finance en 2014, année durant laquelle il a dévoilé le service Apple Pay. Ce service permet d’enregistrer une carte bancaire traditionnelle sur l’application Wallet d’un iPhone pour ensuite payer directement avec celui-ci, grâce à la technologie NFC. Alors que les banques françaises ont longtemps lutté contre le service de l’américain, Apple Pay s’est finalement invité dans les plus grandes banques de détails de l’Hexagone au courant de l’année 2018.

Si Apple prélevait une petite commission sur chacune des transactions réalisées, la firme américaine devrait logiquement profiter d’une marge bien plus grande avec sa carte bancaire dédiée. Apple a donc bénéficier de toutes les données enregistrées par son service Apple Pay pour offrir une solution encore plus adaptée à sa clientèle : Apple Card.

Gestion des comptes

Apple Card offre jusqu’à 3% de cash back

La première carte bancaire du groupe technologique américain a tout pour plaire aux Etats-Unis, un pays où les banques se battent pour offrir le meilleur cash back à des clients avides d’économies. La solution baptisée « Daily Cash » permet de recevoir quotidiennement sur son compte bancaire un cash back généreux. Il oscille entre 1% pour les dépenses faites avec la carte bancaire physique, à 2% pour tous les paiements avec l’application Apple Pay, et même 3% pour tous les achats de produits Apple (en boutique physique et sur le store officiel).

Cash back avec l'Apple Card

Daily Cash : le cash back utilisable instantanément

Pour ce qui est de la souscription, Apple a également voulu simplifier le processus : la carte bancaire se commande depuis l’application mobile Wallet sur les iPhone. Le client pourra alors bénéficier instantanément d’une carte bancaire virtuelle dans son Wallet – qu’il pourra utiliser sans avoir à partager les données avec Apple qui s’est engagé à ne jamais les récupérer.

Inscription à l'Apple Card

Au delà de cette promesse, Apple a voulu marquer le coup en annonçant qu’il n’y aurait aucun frais de gestion, aucun frais à l’international, et aucune pénalité lors d’un quelconque incident bancaire. Sur un marché américain où les banques n’hésitent pas à facturer chaque petit manquement, Apple Card pourrait bien séduire un grand public. Il en profite pour faire un pied de nez aux fintechs en vogue comme Revolut ou Transferwise.

Sur l’application mobile de gestion des finances, Apple a facilité la lisibilité des informations avec une interface très graphique. Elle vient rappeler celles que l’on peut déjà observer sur des agrégateurs de comptes comme Linxo ou sur Revolut. Au niveau de la carte bancaire physique, on retrouve un design épuré avec une finition en titane qui vient rappeler la carte en métal de Revolut. L’Apple Card n’affiche cependant aucun numéro, aucun CCV ni aucune date d’expiration.

Apple Card : aucun numéro

Goldman Sachs, grand gagnant de l’opération ?

Alors que la banque d’investissement connait des difficultés depuis plusieurs années à générer des profits avec son activité liée au trading, elle a marqué plus récemment sa volonté de s’orienter davantage vers la banque de détail. Sa première offre en ligne disponible au Royaume-Uni, Marcus, se concentre sur les prêts et l’épargne. Début 2018, elle a également mis la main sur une application qui permet d’agréger ses comptes bancaires pour quelques dizaines de millions de dollars.

Goldman Sachs partenaire de l'Apple Card

Alors que Goldman Sachs a du mal à se faire une place dans le monde de la tech, ce partenariat vient au bon moment. La banque de Wall Street peut ainsi solliciter discrètement une cible qui n’aurait pas franchi naturellement les portes du célèbre établissement bancaire. Si l’Apple Card se concentre dans un premier temps sur une carte bancaire et une application de gestion des finances, Goldman Sachs pourrait bien pousser davantage de produits dans les années à venir.

Pour autant, le géant de la finance a promis de ne jamais revendre les données à des parties tierces. Selon certaines rumeurs, Goldman Sachs aurait d’ores et déjà investi plus de 200 millions de dollars pour mettre en place un système interne de gestion de ces transactions, ainsi qu’un support client efficace pour répondre à toutes les questions des utilisateurs de l’Apple Card.

Vous pouvez retrouver la vidéo officielle de l’Apple Card ici :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.