Sébastien Musset / Groupe Arkéa

 

Sébastien Musset, directeur général adjoint, Groupe Arkéa

38 ans, Centrale Paris.

« Ce qui m’a convaincu de prendre le poste, c’est qu’il représentait la conjonction de toutes mes expériences, avec, en toile de fond, un beau challenge d’accompagnement de la transformation et du développement. » A 38 ans, Sébastien Musset vient de rejoindre Arkéa (10.000 salariés, 4,2 millions de clients et sociétaires) en qualité de directeur général adjoint et membre du comité exécutif du groupe bancaire coopératif et territorial. Sa mission : superviser le pôle « clientèle retail » regroupant les activités des réseaux de caisses locales de Bretagne, Sud-Ouest et Massif Central, de Fortuneo, Keytrade Bank et de la fintech Max, ainsi que les directions supports marketing et opérations et conseillers.

« Beaucoup de personnes ont prédit la fin de la banque physique. Il est vrai que les clients ont désormais le choix de s’adresser à une pléthore de nouveaux acteurs : banques en ligne, néobanques, etc., sans doute bientôt rejoints par les mastodontes américains de la donnée. Mais je suis convaincu de l’utilité de maintenir un contact direct avec le client. »

Pour Sébastien Musset, l’enjeu est justement d’« assurer une pérennité des réseaux physiques, qui permettent une relation ‘personnifiée’ et demeurent indispensables pour accompagner les clients dans toutes les étapes importantes de la vie. Tout en développant l’‘accessibilité’, c’est-à-dire l’autonomie des clients et la facilité d’accès à certaines opérations. Nous avons un joli modèle proche du territoire, mais les deux formules doivent cohabiter et se compléter ».

L’objectif est quasiment taillé sur mesure pour cet ingénieur, diplômé en 2002 de Centrale Paris, qui s’est écarté avec bonheur des sentiers battus pour prendre,
en 2005, les fonctions de DRH chez Allianz France, dans un contexte de restructuration. « C’est un rôle passionnant qui concentre toutes les complexités… Pourvu qu’on veuille bien s’en saisir », commente-t-il. Sa ligne de conduite d’alors : « Accompagner l’humain, en étant proche du business. » Et cela n’a pas changé.

Par la suite, il sera notamment en charge de la transformation chez Scor, puis directeur général France et directeur exécutif groupe d’Econocom (spécialisé dans les services et la transformation digitale), poste qu’il occupait jusqu’à présent. Les ressources humaines, le digital, et une solide connaissance du secteur banque-assurance (il est aussi passé par Exane BNP Paribas et Crédit Agricole CIB) : un parcours certes hybride, mais somme toute cohérent… et opportun : « Mes nouvelles fonctions requièrent des compétences RH, de direction générale et de pilote de la transformation », confirme-t-il.

Ce Breton d’origine, qui sera administrativement basé à Pessac, près de Bordeaux – « un signal fort du groupe qui entend affermir son développement en Nouvelle Aquitaine » –, s’apprête à naviguer entre son point de chute, Brest, Paris et Bruxelles. Son premier chantier ? « Pour l’instant, je suis en phase de découverte du groupe Arkéa, qui a une longue histoire. Mais, même s’il y a des priorités dans le plan de route, j’aime bien le concept du ‘en même temps’, sourit-il. Beaucoup de dossiers sont liés. Hiérarchiser et trop séquencer les projets peut s’avérer compliqué. » Ce dont il est sûr, c’est que le digital poussera les collaborateurs de la banque « à être de plus en plus pertinents auprès des clients ».

Capture d’écran 2018-10-30 à 10.13.43

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.