Arkéa juge son projet de divorce complexe à réaliser

Capture d’écran 2018-08-30 à 21.21.56.png

Pour la première fois, Crédit mutuel Arkéa reconnaît que son projet de divorce avec la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM), est risqué.

La banque, qui regroupe le Crédit mutuel de Bretagne, du Sud-Ouest et, pour l’heure, du Massif central, a lancé en début d’année une procédure de «désaffiliation unilatérale» de la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM), la structure de tête centrale du Crédit mutuel.«Le projet de désaffiliation tel qu’envisagé par Crédit mutuel Arkéa est inédit et particulièrement complexe à réaliser», juge la banque bretonne dans le document de référence 2017 actualisé, déposé mercredi auprès de l’Autorité des marchés financiers. Il comporte «des incertitudes et des risques associés», et «Crédit mutuel Arkéa ne peut garantir que le projet sera conduit à son terme».

L’aval des superviseurs

Parmi ces risques, figurent «les éventuels enjeux commerciaux liés à la perte de la marque Crédit mutuel», la demande d’indemnisation de la Confédération nationale, ou le calcul des ratios de solvabilité financière. Les risques sont aussi financiers. Les caisses locales pourraient en effet perdre leur agrément bancaire. Ce qui pourrait alors les empêcher de continuer à émettre des parts sociales. Or «les émissions de parts sociales constituent à ce jour une source de financement essentiel pour CMA», précise Arkéa.

Capture d’écran 2018-08-30 à 21.25.32

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.