Arkéa engage sa sortie du groupe et de la marque Crédit mutuel

Capture d_écran 2018-01-15 à 14.04.47

Jean-Pierre Denis, patron du Crédit mutuel Arkéa, va proposer à son conseil d’administration, mercredi, de faire sécession.

La guerre fratricide qui mine depuis plus de trois ans le Crédit mutuel pourrait trouver son épilogue avec le départ du groupe des fédérations « indépendantistes » de l’Ouest. L’équipe dirigeante du Crédit mutuel Arkéa, qui réunit le Crédit mutuel de Bretagne, celui du Sud-Ouest et pour quelques mois encore celui du Massif central, a décidé de larguer définitivement les amarres.

Selon nos informations, son président Jean-Pierre Denis va en effet proposer mercredi 17 janvier à son conseil d’administration de quitter la Confédération nationale du Crédit mutuel (CNCM), la structure de tête du groupe coopératif et son organe central. Un véritable séisme pour l’institution, qui se verrait amputée d’une partie de son activité, et pour Arkéa, ses 9 000 salariés et ses 3,9 millions de clients. Car en quittant le groupe, Arkéa devra abandonner la marque commerciale « Crédit mutuel », la marque bancaire la plus appréciée des Français selon l’Observatoire Posternak-IFOP. Le nom devra disparaître des agences, des présentoirs, des documents publicitaires. Un saut dans l’inconnu, car il faudra en outre qu’Arkéa obtienne un nouvel agrément bancaire et clarifie son niveau de fonds propres.

Pourquoi cet établissement, dont le bénéfice net a dépassé les 300 millions d’euros en 2016, en arrive-t-il à cette extrémité ? Le feuilleton de la discorde a pris pour la première fois une tournure judiciaire en octobre 2014. Dénonçant « une situation persistante de conflits d’intérêts au sein de la confédération », accusée de faire cause commune avec les puissantes fédérations de l’Est de la France (« CM11-CIC »), le Crédit mutuel Arkéa avait alors saisi l’Autorité de la concurrence et le procureur de la République de Paris.

Jean-Pierre Denis s’est toujours refusé au compromis

Les griefs ont ensuite évolué lorsque la Banque centrale européenne (BCE) a demandé à la confédération de renforcer ses pouvoirs d’organe central, pour une meilleure…

Par VÉRONIQUE CHOCRON lemonde.fr

 

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.