Absorption des assurances du Credit Mutuel Nord Europe par les ACM …

Capture d_écran 2017-09-30 à 08.50.40

(Boursier.com) — Le Groupe Crédit Mutuel CM11 et le Groupe Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE) ouvrent des discussions relatives à un projet de rapprochement de leurs activités d’assurance-vie et non-vie en France, en Belgique et au Luxembourg.

Une procédure d’information-consultation des institutions représentatives du personnel du GACM, de NEA et leurs filiales vient d’être initiée. Ce projet s’inscrit dans la coopération entre les caisses fédérales et les fédérations appartenant au Groupe Crédit Mutuel.

Les deux groupes ont informé l’organe central, la Confédération Nationale du Crédit Mutuel, de leurs intentions.

Le projet se traduirait par une fusion-absorption de Nord Europe Assurance SA (NEA), la holding d’assurance du CMNE par le Groupe des Assurances du Crédit Mutuel SA (GACM), immédiatement suivie de la fusion-absorption des filiales d’assurance-vie et non-vie de NEA (ACMN Vie et ACMN Iard) par les filiales d’assurance-vie et non-vie de GACM, respectivement (ACM Vie SA et ACM Iard SA).

La parité d’échange projetée dans le cadre des discussions pour la fusion entre NEA et GACM pourrait amener le CMNE à détenir, en cas d’aboutissement du projet, une participation d’un peu plus de 10% dans le GACM.

Après obtention de l’avis des IRP sur ce projet, celui-ci serait soumis aux organes d’administration de GACM, NEA, ACM Vie, ACMN Vie, ACM Iard et ACMN Iard. Les assemblées générales extraordinaires des mêmes entités, en cas d’approbation du Projet par les organes susvisés, seraient alors amenées, en 2018, à se prononcer sur ces opérations pour approuver les fusions, sous condition suspensive de l’obtention des agréments des autorités de contrôle belge, française et luxembourgeoise.

Le projet permettrait notamment de :
– simplifier les liens industriels déjà existants entre le Crédit Mutuel Nord Europe et Groupe Crédit Mutuel CM11 dans le domaine de l’assurance ;
– consolider les positions du GACM en France et en Europe ;
– faciliter la satisfaction de certaines contraintes règlementaires et gérer de manière plus efficace les exigences de solvabilité et d’allocations de fonds propres ;
– dégager des économies à travers la simplification et la réduction des structures régulées, l’optimisation des coûts de réassurance et des ressources informatiques.

©2017, Boursier.com

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.